Guide

Comment choisir son casque de vélo de route ?

Publié le 11/02/2022 Mis à jour le 24/05/2022

Peu importe la pratique, le casque de vélo est l'élément indispensable pour votre sécurité. Pour vous aider à choisir quel modèle vous correspond le mieux, vélopack vous a préparé ce petit guide.

Ça y est ! Après plusieurs années, vous êtes décidé à changer de style, mais vous ne savez pas comment choisir votre nouveau casque de vélo ? Vous débutez le cyclisme et vous cherchez les bons conseils pour faire votre premier achat ? Parmi le large choix de gamme, vélopack vous aide à comprendre comment choisir le seul élément de sécurité à vélo en cas de chute.

Comment (bien) choisir son casque ?

Tout d’abord, sachez qu’un casque de vélo se compose, dans la majorité des cas, d’une coque extérieure rigide (protection), d’une structure interne (absorption des impacts), de coussinets en mousse (confort) et de moyens de réglages (sangles, jugulaire et molette). Depuis quelques années, les fabricants utilisent des technologies de pointe qui permettent de proposer des modèles à la fois résistants, légers, confortables. Pour faire votre choix, plusieurs critères vont donc entrer en compte, la sécurité, l’aération et le confort.

Critère de choix numéro un : la sécurité. Certes, le casque n’est pas toujours obligatoire, mais il est vivement conseillé, qui plus est dans une approche sportive du cyclisme. Certaines routes que vous empruntez, même quotidiennement, sont dangereuses, à la campagne comme en ville. Et c’est votre tête, partie la plus vulnérable de votre corps, qui est à protéger.

Les casques de vélo possèdent une grande largeur et une grande profondeur de gamme. Chaque marque dispose de plusieurs modèles répondant aux besoins de ses clients. L’entrée de gamme se situe aux alentours de 50€ quand un casque haut de gamme peut avoisiner les 300€… L’argument qui explique cela, c’est l’aspect sécuritaire. Le casque est fait majoritairement de polystyrène. Dans les casques d’entrée de gamme, les coques externes et internes sont produites dans un même bloc, on gagne en légèreté mais pas en sécurité. Car les casques hauts de gamme sont souvent fabriqués en deux parties, doubles coques, double densité, meilleures absorptions des chocs.

Pas toujours obligatoire, mais toujours recommandé

Des normes aident à définir la qualité d’un casque, aujourd’hui la technologie MIPS est la plus recherchée. Le stickers jaune sur les casques ce n’est pas pour faire joli. Vraie technologie, brevetée par des ingénieurs, elle permet de protéger la boîte crânienne mais également le cerveau. Développée par des scientifiques suédois, la technologie MIPS constitue une véritable révolution dans le domaine de la sécurité à vélo. Elle est issue de 20 ans d’études et de recherches. Son principe est simple : imiter et jouer le rôle du liquide céphalo-rachidien dans lequel « flotte » notre cerveau. Lors d’un choc, le système MIPS absorbe l’énergie de l’impact.

Deuxième critère de choix : la légèreté. Certains cyclistes, adeptes des longues sorties estivales, optent pour un casque léger. C’est le style de casque « classique » que nous retrouvons le plus dans les pelotons. Passe-partout, confortables et aérés, ces casques deviennent rapidement de fidèles équipiers. Mais certains, en quête de performance peuvent opter pour un modèle dit aéro. Tester le plus souvent en soufflerie ces casques aérodynamiques sont une aussi bonne solution pour l’hiver. Ce dernier sera légèrement plus lourd mais tout aussi confortable que l’autre modèle.

Pour les aficionados du style, vérifiez que vos lunettes entrent dans les ouvertures du casque.

Dernier critère et non des moindres, le confort. Le meilleur des casques sera avant tout celui qui est à la bonne taille : vous devez absolument vérifier cet aspect-là. C’est la condition pour une protection efficace. Mesurez votre tour de tête avec un mètre ruban, au milieu du front. Notez cette valeur en centimètre et référez-vous ensuite à la grille des tailles sur le site du fabricant pour trouver celle qui vous correspond. Le plus souvent la taille S correspond à 52 – 55cm, la taille M à 56-58cm et la taille L à 59 – 62cm.

Pour régler le casque à votre taille, ajustez d’abord la molette arrière (réglage occipital) en hauteur et en largeur. Grâce aux sangles latérales, faites en sorte que le triangle se ferme juste en dessous de vos oreilles. Enfin régler la jugulaire sous le menton. Sans être inconfortable la lanière doit être à une distance d’un doigt de votre cou. Pour le style encore une fois, n’oubliez pas de ranger la languette avec la fixation adaptée.

Certains modèles haut de gamme possèdent la technologie snapfit. Elle permet d’optimiser le confort avec un réglage ultra précis à l’intérieur du casque en modifiant l’emplacement des fixations. Garder à l’esprit que votre casque de vélo doit être parfaitement adapté à votre tête et maintenir correctement le crâne, sans le comprimer pour autant.

Aussi, ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup de mousse à l’intérieur que le casque est plus confortable. Plusieurs nouvelles technologies sont utilisées chez les fabricants, les mousses peuvent être standardisées ou en tissu anti-bactérien. Une mousse de qualité permettra une bonne évacuation de la transpiration et donc un meilleur confort à rouler.

Bien sûr il est toujours préférable d’essayer le casque avant d’acheter car chaque tête est unique. Si vous achetez sur internet vérifier que le casque à déjà été testé et que la norme CE (Certification Européenne) est apposée.

Un casque de vélo est un équipement à usage unique. Après le premier et à chaque choc un casque doit être remplacé. De façon générale, on vous conseille de changer de casque tous les 3 ans.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok